Ia orana à tous et toutes,

Un grand merci à vous tous pour vos gentils commentaires qui font chaud au coeur. Déjà mars et me revoilà avec plein de choses à vous raconter. Tout d'abord, un projet...

 Depuis, le début de l'année scolaire, je me suis beaucoup investie dans les activités de l'école de mon petit Antoine. Offrant mon aide et participant à toutes les manifestations, j'ai également proposé à la maîtresse de mon fils de faire des photos de chaque événement et de lui donner. Elle a très vite pensé à exposer ces photos en fin d'année pour montrer les diverses activités de l'école. Pourquoi pas ? En tous cas, cela m'a permis de prendre des photos et d'avoir la chance extraordinaire de pouvoir voir évoluer ces enfants très attachants et part là même mon fils.

 En février, j'ai offert à Diane (la maîtresse) la page que j'avais faîte sur elle et que vous avez vu dans le post intitulé  « La vie est belle ». Elle ne connaissait pas le scrapbooking et a été très surprise de voir ce que l'on pouvait faire avec une photo. Pendant les vacances scolaires, nous nous sommes rencontrées pour selectionner 3 photos par enfants pour la fête de fin d'année. Elle en a profité pour me dire que je devrais exposer mes pages. Consciente de ce que je fais, et de ce que font certaines scrapeuses très talentueuses, je lui ai répondu que çela n'interesserait personne. Et là, elle m'explique que je pourrais faire une page par enfant, que ces pages seraient vendues au profit de l'école et que comme ça on pourrait donner gratuitement deux photos 10x15 aux parents.  Et là, je me suis remémorée l'énérgie que dépensait quotidiennement cette jeune femme et de nombreuses mamans de milieux parfois  très modestes pour arriver à faire aboutir une sortie.Offrir deux photos aux parents alors que l'école a très peu de moyens, j'ai trouvé l'idée sympathique. J'ai moi-même fait quelques échanges de photos avec des mamans contre  des gâteaux locaux faits maison (Je sais, la gourmandise est un vilain défaut !!!).  L'idée que mes pages, puissent servir à récolter des fonds pour l'école m'a séduite. Car je n'ai aucune prétention artistique, par contre si je peux être utile... alors ça m'intéresse. Je n'ai donc pas eu le coeur de dire non. Une fois encore, finalement pour ma plus grande joie, je suis « embauchée » par l'école d'Antoine. Voici donc ce projet « enfants du Fenua » que je vous ferai découvrir petit à petit.

 Aujourd'hui, je vous présente Maramaretarei :

P1050568

  Pour cette page, j'ai utilisé des tampoms "des mots en scrap" : rêver et imaginer et le  tampon stamping up avec cette très belle phrase de St Exupéry :

P1050569 Février est déjà passé, pourtant j'aimerais quand même vous parler du Nouvel An chinois. J'avais déjà assisté à de somptueux défilés dans le quartier chinois à Paris. Mais à Tahiti cet événement prend une tout autre importance. D'abord parce que certains Tahitiens ont des origines chinoises. Selon des sources officielles non confirmées, les premiers Chinois seraient arrivés en Polynésie dès 1830 lors des grandes migrations chinoises à la fois vers l’ouest (Singapour, Malaisie…) et vers l’est (Californie, Hawaii, Pérou...). Puis au fil des années des vagues d'immigrations se sont succedées.

Actuellement,selon certaies souurces, les Polynésiens d'origine chinoise forment 5 % de la population. À la quasi totalité, ils possèdent la citoyenneté française et ceci grâce à la loi du 9 janvier 1973. Cet évènement unique dans les communautés chinoises d'outre-mer faisait suite à la fermeture des frontières chinoises, après la prise du pouvoir par Mao Tse Toung en 1949. L'isolement qui s'ensuivit, lié d'autre part à un très vif désir d'intégration de la communauté chinoise, au cours des années 60 vers les autres cultures, se concrétisa par l'abandon de la nationalité d'origine chez la plupart des Chinois résidant en Polynésie. En perdant progressivement leurs caractéristiques culturelles les plus marquantes, les Chinois de Polynésie se fondent de plus en plus dans une société polynésienne à caractère pluriethnique. Ils y ont trouvé leur place en tant que composante particulière qui apporte à la construction de la Polynésie de demain, son savoir faire, son dynamisme naturel et quoi qu'on en dise, également des racines et traditions culturelles qui sont loin d'être complètement éteintes.

Pendant la période du Centre d’expérimentation du Pacifique (CEP), la communauté chinoise, comme les autres composantes ethniques en Polynésie, a subi des mutations profondes. L'entrée de la Polynésie dans le monde moderne ne s'est pas faite sans des répercussions à la fois dramatiques et irréversibles dans le comportement social, économique et culturel. Cet état d'équilibre instable n'est pas sans favoriser une certaine réflexion incontestable sur le devenir de cette communauté dans l'évolution future de la Polynésie, institutionnelle notamment. Bien que l'aspect visible de l'impact de la communauté chinoise se remarque surtout dans le domaine commercial, il n'est pas rare aujourd'hui de voir des Polynésiens d'origine chinoise dans toutes les professions libérales, dans le secteur tertiaire et même religieux : preuve d'une intégration de plus en plus marquée dans l'ensemble polynésien.

Cependant, grâce à la volonté de responsables d'associations culturelles, on a pu assister dans les années 90 à une renaissance des traditions et coutumes chinoises se traduisant notamment par le renouveau de la Fête du Jour de l'An chinois, prétexte à des manifestations culturelles somptueuses au temple chinois de Mamao telles que : danses folkloriques, pièces de théâtre, retraite aux flambeaux, défilés de chars fleuris, danses du Lion et du Dragon en centre ville avec en corollaire les arts martiaux traditionnels, stands de calligraphie et de livres sur la culture chinoise illustrent l'attachement de cette communauté à ses racines.

Tous les ans l'association Si Ni Tong organise les festivités du nouvel an chinois à Tahiti. Après le règne du Tigre cette année, c'est l'année du LIÈVRE de MÉTAL. Les festivités ont commencé le 3 février et se sont terminées le 18 février avec le défilé des lanternes. Pendant 15 jours, Tahiti vit à l'heure chinoise. Le Nouvel an est célébré dans les écoles, on y organise divers ateliers : calligraphie, portage,degustation de mets et sucreries chinois etc...

Je ne peux résister à vous montrer l'évènement dans l'école de mon fils et un petit Toinou habillé en petit chinois : an_chinois___page_1_

 an_chinois___page_2_

 an_chinois___page_3_

an_chinois___page_4_

 an_chinois___page_5_

 

an_chinois___page_6_

 

an_chinois___page_7_

 

an_chinois___page_8_

 Les enfants en liesse ont pu également assisté à la danse du lion .La danse du lion réunit à la fois l'art, le spectacle, la tradition chinoise, mais aussi le Kung-fu car les positions de la danse du lion sont aussi des positions de bases du Kung-fu traditionnel, et les danseurs sont en général des pratiquants. Le lion est incarné par deux danseurs. L'un contrôle la tête qui est constituée de matériaux solides mais légers comme du papier mâché et du bambou, l'autre anime le corps et la queue sous un costume qui est relié jusqu'à la tête du lion. Trois instruments accompagnent la danse du lion : un large tambour, des cymbales et un gong. Chaque type de mouvement du lion possède un rythme musical particulier, et la musique suit les mouvements du lion, le tambour suit le lion, et les cymbales et le gong suivent le tambour. Très souvent, les gens qui observent les danses du lion croient qu'ils sont en train de regarder des dragons. Mais la principale différence entre la danse du lion etla danse du dragon est que les danseurs ne sont pas à l'intérieur de l'animal mais il le tiennent au bout d'un manche. Il existe aussi différents types de lions et plusieurs danses ayant chacune une symbolique différente.

Ensuite des festivités organisées à l'échelon national, puisque le président y assiste, se déroulent au temple Kanti de Tahiti, situé dans le quartier Mamao de Papeete.Voici quelques photos :

temple_kanti

 P1050043

  P1050053

 P1050071

  P1050177

 P1050149

 P1050118

 P1050203

P1050235

 P1050260

Les élégantes étaient de sortie pour la grande joie de mon objectif :

 P1050287

  P1050278

Les festivités du Nouvel an chinois se terminent, à la nuit tombante, par un défilé des lanternes. D’après la coutume chinoise, cette marche permet d’accompagner dans la paix, les esprits vers leur dernière demeure. Pour la communauté chinoise de Tahiti, le défilé des lanternes est devenu un évènement populaire rassemblant de nombreuses familles, mais aussi des enfants venus en tenue chinoise, de toutes origines. Car les enfants fabriquent leur lanternes à l'école... Cette année, le défilé a commencé dès 18h30 en partant de la Mairie de Papeete, avec, en tête du cortège, des danseurs du lion de l’association Dragons et Tigres. À cette occasion, l’association a sorti cinq têtes de lion. Suivi par une cortège de lanternes tous se rendent au temple kanti pour clôturer les festivités dans la fête.

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui... J'espère que je ne vous ai pas ennuyé avec tous ce blabla.

A très bientôt.

Nana