Ia orana à tous et tous,

Il y a longtemps que je ne vous ai pas parlé de cette île où je vis. Je vous ai déjà montré des fleurs. Impossible de les oublier tant les senteurs sont capiteuses et ensorcelantes quelque soit la saison. Mais je ne vous ai pas conté une coutume très agréable qui est celle du port des couronnes de fleurs.



confection-colliers



Parure naturelle, laissant éclater leurs couleurs, les couronnes de fleurs ornent les visages des polynésiennes et des polynésiens en de maintes occasions. Portées déjà dans les temps anciens par les habitants des îles de la région, ces délicates créations continuent aujourd'hui à fleurir, plus actuelles que jamais.

La Polynésie française est un Eden végétal tant les variétés de fleurs, d'arbres fruitiers et de plantes y abondent. En arrivant à Tahiti et ensuite, en voyageant dans les îles polynésiennes, résidents ou voyageurs se voient offrir, immanquablement, une fleur de Tiare Tahiti à porter à l'oreille et un collier de fleurs, la marque traditionnelle de bienvenue. Le passager, fraîchement arrivé, pourra légitimement s'étonner que l'on s'apprête aussi couramment de fleurs, en de nombreuses occasions et de diverses manières. Parmi les nombreux ornements floraux polynésiens, les plus saisissants sont sans  aucun doute ces couronnes de fleurs qui illustrent de manière merveilleuse et colorée l'une des multiples facettes de l'art de vivre polynésien.

235x330_tea1 [800x600]

La composition et la confection de tels ornements floraux sont le fruit de connaissances communiquées, bien souvent, de mère en fille, au sein du foyer familial. Mais un des principaux vecteurs de transmission des savoirs-faire est aussi constitué par la danse tahitienne, le Ori Tahiti. Les couronnes de fleurs sont un des ornements privilégiés des danseurs et musiciens. Lors du prestigieux concours de chants et danses du Heiva I Tahiti, chaque année en juillet, les formations de Ori Tahiti, doivent présenter en compétition un costume dit "végétal",confectionné à partir de végétaux fraîchement cueillis et/ou secs, agrémentés d'accessoires ou d'ornements provenant de l'environnement naturel polynésien.

DANSEUSE HEIVA1

Dans ces somptueuses créations, les couronnes de fleurs sont des parties de premières importances. Les costumiers rivalisent d'inventivité et d'originalité pour magnifier les richesses de la flore polynésienne. Alors que des mains expertes pourront réaliser certains ouvrages en quelques minutes, il faudra plus d'une heure pour la réalisation de pièces plus complexes.

On pense que, dans les temps ancestraux, les hommes aussi portaient des couronnes aussi couramment que les femmes. Les comportements masculins ont évolué vers un port masculin exclusivement réservé à la valorisation d'évènements culturels majeurs comme le Heiva". Ces dames ont, quant à elles, fait de cette parure un accessoire de coquetterie porté à de nombreuses occasions. Autrefois tâche qui était l'apanage de toute la famille en vue de la préparation d'un évènement particulier, la réalisation de ces couronnes est aujourd'hui la grandes spécialité des "mamies", installées aux marché de Papeete.

A travers les générations successives et en harmonie avec son temps, les couronnes de fleurs ont donc évolué apportant de plus en plus de couleurs et de senteurs et faisant la fierté de celle qui la porte. Il existe quatre sortes de couronnes :

- Les couronnes en pandanus (ou Hei Pae'ore)

Une particularité technique de cette couronne traditionnelle réside dans la couture des éléments végétaux sur la feuille séchée de pandanus, une variété d'arbuste très courante dans les îles du Pays. Dans ce type de couronne, il faut cependant s'assurer préalablement des mesures de la tête à arborer...

- Les couronnes de fougères (ou Hei'aihere)

Pour leur réalisation, il suffit de casser des tiges de fougères puis de les superposer afin de les solidariser à l'aide d'un lien. Le choix des fougères est particulièrement important. Le maire, par exemple, est une fougère très odorante difficile à se procurer sans les indications avisées de fins connaisseurs.

danseur-heiva [800x600]

- les couronnes tressées (ou Hei Firi)

Trois longeurs de pandanus, des morceaux de Auti, une plante arbustive soigneusement découpés, une à deux variétés de fleurs : voilà ce qu'il faut pour faire une couronne tressée. L'entrelacs des éléments disposera la verdure aux bords et les fleurs au milieu. L'équilibre symétrique de la composition doit, ici, être rigoureux.

 

bv000017

- les couronnes sauvages (ou Hei Taviri)

Le principe est de cueillir toutes les fleurs et les feuilles que l'on trouve dans son jardin , puis de les enrouler avec de la fougère ou de l'écorce de Purau sur un morceau de pandanus. Ce type de couronne  nécessite un faible temps de réalisation. Aucune règle ne régit la conception et l'organisation d'une couronne sauvage : leurs de ylang ylang (moto'i en tahitien),de jasmin, (pitate en tahitien), basilic (miri en tahitien), monette, la peau du porohiti, mais encore des peaux d'oranges ou d'ananas sont utilisées pour parfumer les couronnes de tête.

jeunefemme_couronne fleur

Voilà, c'est tout pour les fleurs... Dommage que je ne puisse pas vous faire partager les senteurs.

A très bientôt

Nana