Ia orana à tous et toutes

St valentin oblige, aujourd'hui je vais vous parler d'amour... à travers deux cartounettes : la première répond au CJ lancé par Coco et Lorna Sur cette carte, j'ai opté pour une version "coeur" à la façon des tatouages polynésiens. La deuxième carte a été réalisée pour le challenge 29 de Carte Maniak.

72437704

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140701 [800x600]

 

 




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et comme l'amour est  source d'inspiration, voici un mini « coeur » :  

P1140800 [800x600]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140801 [800x600]P1140802 [800x600]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140803 [800x600]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140804 [800x600]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140805 [800x600]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140806 [800x600]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140807 [800x600]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140808 [800x600]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140809 [800x600]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis puisque l'on parle d'amour, je ne résiste pas à vous conter une légende polynésienne sur un amour impossible....

Il y a très très longtemps, vivait à Paea sur l'île de Tahiti, un couple fort amoureux. La femme se prénommait Te vahine et l’homme Taaroa. Comme les Dieux étaient contre leur union, ils avaient décidé que ce couple n’aurait qu’un enfant, et que celui-ci à l’âge de six ans, serait enlevé à l’affection des siens.
Te vahine mit au monde une fille si belle qu’elle décida de l’appeler Te vahine moea i te’ô pua rau ce qui veut dire «la femme endormie dans le jardin des fleurs variées». Naturellement, ni la mère, ni le père de l’enfant ne connaissaient le sort que les Dieux avaient réservé à leur fille.
Te vahine et Taaroa passaient leur vie à faire du bien autour d’eux, toujours prêts à aider les plus démunis. Quand leur fille atteignit l’âge de six ans, elle disparut sans que les parents ne sachent vraiment ce qui lui était arrivé. Ils allèrent consulter un tahu’a (prêtre) qui leur apprit la vérité : leur enfant avait été transformé en fleur. Te vahine et Taaroa étaient des personnes si bonnes que le tahu’a leur dit : «Un jour, un homme ira la délivrer de ce sortilège, mais il faudra qu’il possède une qualité rare la patience".
Quatorze années passèrent ainsi sans que quiconque ne puisse libérer la malheureuse. Te vahine et Taaroa ne désespéraient pas de revoir un jour leur fille et ils en parlaient à tous les jeunes du village. Ainsi, plusieurs jeunes se mirent à la recherche de cette fleur unique. Elle était unique par sa couleur, par sa forme, par son odeur, c’était une fleur verte. A chaque fois qu’un jeune homme partait dans la vallée de Hopa à Aoua tout le village attendait son retour. 

Plusieurs jeunes hommes se lancèrent tour à tour à la recherche de la belle, mais jamais aucun ne revint !Un jeune homme nommé Taaroa ha’iha’i te rouru tarere : ce qui veut dire “l’homme aux cheveux longs” décida un jour de tenter sa chance à son tour. Mais avant, il alla rendre visite au tahu’a afin de recueillir plus d’informations sur ce sortilège. Le grand prêtre lui donna un renseignement : «Maintenant, tu trouveras facilement cette fleur unique, puisque tous les jeunes hommes partis à sa recherche ont été transformés en fougère, tu n’auras aucun mal à les trouver mais il faudra que tu sois patient». Taaroa ha’iha’i te rouru tarere partit donc à la recherche de cette fleur, et comme le tahu’a lui avait annoncé, il la trouva facilement en comptant les fougères.

Il se mit bien en face d’elles, debout et resta ainsi cinq jours et cinq nuits sans dormir ni manger. La sixième nuit, une fumée sortit de la fleur. Taaroa ha’iha’i te rouru tarere sentit une odeur très forte se dégager, et enfin il vit la jeune fille sortir de la fleur. Elle était encore plus belle qu’il ne l’imaginait. Il s’avança vers elle et l’enlaça. Tous deux rentrèrent au village où une grande fête fut organisée en leur honneur, ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.
Depuis cette époque les prénoms de Taaroa et Tevahine portent bonheur et on ne retrouva plus jamais une fleur semblable dans la vallée de Hopa.

Avant de terminer ce post, je tiens à remercier Annabelle et Pimprenelle qui m'ont envoyé de magnifiques cartes. Voici :

P1140836 [800x600]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140835 [800x600]










 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette fois-ci, je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures créatives.

Nana