Ia orana à tous et toutes,

 

Voilà deux mois que j'ai déserté la blogosphère mais cette fois-çi, je peux vous annoncer pour de bon "Mon retour" !!! Je n'avais plus de temps et plus trop envie. Ca arrive parfois... Pour reprendre en douceur et en attendant de vous présenter de nouvelles créations... J'ai décidé en cette période estivale de vous présenter pendant quelques posts mon île : Tahiti.

Alors aujourd'hui, je vous enmène à Mahina.

carteTAHITI

 

  

 Mahina est une commune littorale située au nord de Tahiti. De nombreux lotissements ont été bâtis sur les montagnes de Mahina et ont une belle vue sur l'ocan Pacifique ainsi que vers la commune d'Arue, le coucher du soleil avec vue sur Papeete. Les paysages en montagne sont magnifiques, l'air est frais et pur

Mahina abrite de nombreux sites naturels remarquables :

  • la  pointe Vénus,
  • les orgues basaltiques de la vallée de la Tuauru
  • Le mont Orohana, plus haut sommet de Tahiti.

Tout d'abord, voici la pointe Vénus :

Mahina_pjarepontevenus

tahiti_mahina1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le phare que l'on appelle Teara o Tahiti ou Tepa'inavemiti, a été construit en 1867, par le Capitaine de génie de La Taille. C’est une tour carrée de huit étages, édifiée en moellons et coraux. Al'origine, il  avait une hauteur de 25 mètres, mais a été surélevé de 7 mètres en 1963.

Ce phare a été construit par Thomas Stevenson, le père de l'auteur Robert Louis Stevenson et membre d'une importante famille écossaise d'ingénieurs. Le phare fût inauguré officiellement par le Commissaire de La Roncière en présence de Mgr Pompallier, évêque mariste de la Nouvelle-Zélande. Il était alors doté d'un feu blanc fixe, visible à 15 milles et donne maintenant un feu blanc à éclat, visible toutes les cinq secondes. Ce phare est utilisé également aujourd'hui pour la navigation aérienne grâce à des lentilles additionnelles pour faisceaux aériens.

Pendant la guerre de 1939-1945, les habitants avaient camouflé le phare en peignant sur ses quatre faces, du haut en bas, des cocotiers avec leurs palmes et leurs noix pour enlever tout point de repère à la flotte de débarquement de l'ennemi japonais. Ainsi, le bâtiment, qui se dresse au milieu d'une cocoteraie, devenait invisible, à tel point, raconte l'écrivain Albert T'Serstevens ( 1885,1974), que le gardien, quand il avait un peu bu, ne pouvait plus le retrouver et qu'il lui arrivait même de grimper à un cocotier en croyant gravir l'escalier du phare.

Le rivage de Mahina est particulièrement riche en souvenirs historiques. De toutes les eaux polynésiennes, celles de la baie de Matavai sont le plus chargées d'histoire. En effet, c'est dans cette baie qu'abordèrent la plupart des explorateurs et c'est aussi sur cette grande plage de sable noir qu'arrivèrent les premiers missionnaires protestants, à la fin du XVIII éme siècle.

baie Matavai

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Pourquoi "Pointe Vénus" ?

Ce lieu a été baptisé "Pointe Vénus" par James Cook, c'est à cet endroit qu'il établit son observatoire au niveau du promontoire délimitant l'extrémité de la baie de Matavai, à Mahina.

À bord du navire "Endeavadour", le capitaine James Cook est arrivé le 13 avril 1769 à Tahiti, par la baie de Matavai. Sa mission était d'observer le passage de Vénus devant le Soleil ( prévu le 3 juin 1769), afin de déterminer la distance de la Terre au Soleil. James Cook disposait, avec ses coéquipiers, de sept semaines pour se préparer au passage de Vénus.
Du passage de James Cook à Tahiti, il ne reste aujourd'hui aucune trace. Le nom de la Pointe Vénus a été conservé.

C'est également à cet endroit de la baie de Matavai qu'arrivèrent, après dix mois de navigation épuisante, la Bounty et son commandant William Bligh, le 26 octobre 1788. Le but de l'expédition était de collecter des plants d'arbre à pain et de les transplanter aux Antilles anglaises. Le Bounty est  célèbre pour la mutinerie qui éclata en 1789 sur le navire. Il existe d'ailleurs à la pointe Vénus une plaque commémorative par les descendants des mutins du Bounty.

220px-Mémorial_de_la_Bounty

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pointe Vénus  est formée par une longue plage de sable noir plantée de cocotiers et de aito. L'eau qui entoure la pointe est d'un vert émeraude surprenant, et les courants chauds y sont très présents, idéale pour nager tôt le matin. Les Polynésiens viennent y passer leur temps libre, au soleil pour de grands piques-nique en famille. Pirogues, surfs et jeux dans les vagues sont les activités de prédilections de la pointe Vénus. Le soir, le bout de la Pointe Vénus offre une vue imprenable du couché de soleil sur Moorea. Dès le crépuscule, la Pointe Vénus est le lieu de rendez-vous des jeunes Polynésiens qui se réunissent autour d'un feu sur des rythmes de Tahitiens.

Tahiti_Venus_1

vie-a-la-pointe-venus

Maintenant, pénétrons dans les terres découvrir les orgues basaltiques de la vallée de la Tuauru :

La vallée de la Tuauru, dans laquelle coule la rivière Vaipatu est un agréable lieu de randonnée. Au fond de la vallée, à deux heures de marche, se trouve sur la rive gauche le site des orgues de prismes basaltiques. Sur une quarantaine de mètres de haut et 80 m de long environ, descendent les orgues de basalte. Elles se sont formées par refroidissement des laves accumulées dans le couloir qu'offrait le canyon de la rivière Vaipatu à l'époque volcanique. Cette vallée est actuellement protégée dans le cadre du Plan d'aménagement de Mahina, mais un projet de barrage hydroélectrique serait en cours de gestation. Est-il possible de concilier les deux ?

Vall-e-de-Mahina-003

orgues basaltiques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

orgues_valléemahina

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vasquesvallée tuauru

 

 

 

 

 

 

 

Au cours de notre promenade, nous découvrons deux belles vasques naturelles. L'eau est transparente et fraîche mais attention aux moustiques !!!! Cette zone  sert de captage d’eau et  est appelée les Mille Sources, et c’est d’ici que commence la difficile ascension de l’Orohena.

La première ascension européenne ne date en effet que de 1953. Il n’y a ni refuges, ni panneaux indicateurs. Comptez d’abord une heure et demie pour rejoindre le Moto Fefe (1 142 m), puis une heure et demie pour le Pihaaiateta (1 742 m), puis 2 heures pour le Pito Iti (2 110 m), puis encore 2 heures de traversée de la ligne de crête jusqu’à votre but final : un panorama immense qui permet de voir jusqu’à Huahine. Il faut compter au moins deux jours pour effectuer cette ascension.

Valle-de-Mahina-005

tuauru

MONT OROHENA2

orohena-J1--48-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Voilà, notre première visite ensemble se termine. Je vous ferai découvrir un autre coin de Tahiti dans mon prochain post.

A bientôt

Nana